in

Tout sur le sexe oral

12578La bouche participe à la sexualité, ne serait-ce que lors des baisers. Elle est un outil extraordinaire, aussi sensible que la pulpe de nos doigt, aussi finement active que nos deux mains. C’est pourquoi elle peut donner et recevoir. Nous avons pourtant parfois tendance à réduire sa participation au minimum : quelques baisers en préliminaires, quelques pratiques bucco-génitales un peu standardisées. Alors voici quelques idées parfois venues de la nuit des temps pour élargir les plaisirs…

Si le sexe oral peut donner une grande jouissance, c’est que l’outil oral est à la fois complexe, efficace et sensuel…

La bouche La bouche toute entière, en tant que creux participe au plaisir. Elle peut contenir certaines parties du corps : lèvres, lobe de l’oreille, une portion de peau, et aussi bien sûr une partie de son sexe, de sa vulve, de ses bourses ou de son pénis. Elle est chaude, humide, douce et sensible ce qui en fait un outil de plaisir extrêmement excitant.
La langue La langue est, avec nos doigts la zone la plus sensible de notre corps et aussi la plus habile. C’est pourquoi quand elle prodigue des caresses, celles-ci sont extrêmement efficaces. Elle est aussi le siège de la sensation du goût et permet que celui qui donne du plaisir en reçoive aussi : celui de goûter le corps de l’autre.
Les lèvres Elles sont une frontière entre l’extérieur et l’intérieur du corps. La limite entre le baiser simple et le french-kiss plus pénétrant, déjà un avant-goût de la relation sexuelle. Elles sont actives car elles peuvent sucer, aspirer, caresser, mais aussi récepteurs et à ce niveau, la rencontre de deux bouches est symétrique, comme asexuée !
Les dents Au milieu de la bouche douce, tendre et humide, les dents sont de roc ! C’est justement cette différence de consistance qui en fait leur intérêt lors de la pratique de sexualité orale. S’en servir doucement avec modération procure des sensations intéressantes… à condition d’être toujours en confiance avec l’autre !
La salive Elle est le lubrifiant évident du baiser. Mais elle sert aussi souvent de lubrifiant naturel lors des rencontres « sexe-bouche ». Et tout comme l’odeur d’un bon plat, le désir fait saliver. La salive peut d’ailleurs être utilisée volontairement comme lubrifiant lors de relations sexuelles de pénétration vagin-pénis. Elle est toujours disponible et efficace !
Le goût Goûter l’autre avec sa langue, sa bouche. Est-ce que je trouve son goût salé ? Sucré ? Un peu amer ? Délicatement poivré ? Un peu comme dans les chansons d’enfant, on en mangerait… Le goût comme l’odorat sont les deux sens que permettent d’expérimenter à fond l’amour oral.
L’odorat C’est le sens le plus primitif. Le sexe oral permet de connaître vraiment le parfumde l’intimité de l’autre. Et la plupart du temps, quand on aime, on adore cette senteur délicieuse… à condition que l’hygiène soit de rigueur évidemment !
Le souffle Il sert à respirer, donc à percevoir les parfums, mais aussi à souffler, donc à donner des caresses extrêmement légères, plus légères qu’une plume sur le corps de l’autre, dans toutes ses facettes.

Pour que la sexualité orale soit vraiment un plaisir, certaines conditions sont indispensables !

Conditions d’hygiène

L’hygiène

Les zones sexuelles transpirant plus que le reste du corps et d’une transpiration à l’odeur extrêmement forte, il est indispensable de se laver quotidiennement, idéalement avant la rencontre amoureuse. Cela ne signifie pas que l’hyper hygiène soit une bonne idée. La plupart du temps, le jet de la douche suffit s’il coule suffisamment longtemps. Ne pas abuser de détergent, cette zone étant particulièrement sensible !

hygiene

Le parfum

Il est à fuir assurément ! Évitez comme la peste les déodorants intimes à l’américaine. Quand le sexe de votre partenaire sent le chewing-gum Hollywood à la menthe ou la fraise des bois, cela ne risque guère de vous exciter ! Si vous craignez que l’hygiène (la vôtre ou la sienne) ne soit pas au top, proposez de commencer par une douche à deux !

Parfum intime

Liberté totale

Votre bouche a envie de faire l’amour, de se promener sur sa peau, de rencontrer son sexe ? Tant mieux ! Mais ne vous sentez jamais obligée, ne vous laissez jamais forcer. De même ne lui demandez pas quelque chose qui le rebute. C’est dans la liberté que l’on trouve le plus de plaisir.

Partage du plaisir

En couple prêtez attention au fait de donner et de recevoir. Si l’échange est systématiquement à sens unique, vous risquez d’arriver dans une impasse. Echangez les rôles, soyez actif et passif chacun votre tour. C’est plus équilibré ainsi.

Epilation ou rasage?

Attention, le plus simple et le plus naturel, c’est : ni rasage si épilation ! En effet, après un rasage au rasoir ou à la crème dépilatoire, le poil, coupé net se révèle rapidement piquant, à la fois pour soi-même et pour l’autre qui souhaite poser sa bouche à cet endroit ! L’épilation, si elle est plus douloureuse sur le moment, laisse la peau plus douce, mais pas forcément exempte de boutons ! Alors, à vous de choisir…

Epilation ou rasage

Les zones de plaisir au féminin

Les sensations voluptueuses d’une femmes ont multiples. Les caresses peuvent donc concerner de nombreuses zones sensibles…

Le clitoris

C’est le seul organe humain voué uniquement au plaisir et à lui seul. Il est donc la cible idéale pour les stimulations de toutes sortes quand on souhaite aller jusqu’au bout du plaisir. Il est sensible de manière très différente chez chaque femme. L’une préfère les stimulations appuyées, une autre très douces, et d’autres encore peuvent préférer les caresses indirectes, autour du clitoris qui, trop sensible, ne supporte pas les contacts directs. Une zone méconnue : la racine du clitoris remontant devant l’os du pubis, une stimulation très appuyée à cet endroit peut très bien mener à l’orgasme.

Les petites lèvres

Gonflées sous l’effet du désir, elles forment une sorte d’entonnoir autour de l’entrée du vagin. Si elles gonflent, c’est qu’elles contiennent des corps érectiles, et qu’elles sont des organes sexuels à part entière. Elles sont pourtant moins souvent embrassées que les lèvres de la bouche, alors qu’elles procurent un plaisir infiniment plus sexuel ! Dommage !

L’entrée du vagin

Une bouche peut embrasser l’ouverture du vagin, une langue peut s’y glisser sur quelques centimètres. C’est insuffisant pour procurer du plaisir ? Pas si sûr ! En effet, les zones les plus érogènes du vagin sont situées tout près de son entrée. Et l’entrée du vagin est aussi très mobile : elle peut s’ouvrir et se refermer, autoriser l’entrée ou l’interdire. C’est tout un jeu possible, un jeu vraiment très intime…

Les seins

Stimuler les mamelons, les sucer comme le ferait un enfant est extrêmement excitant pour la plupart des femmes. Celles qui ne ressentent rien n’ont simplement pas pris assez le temps de le découvrir. Pourquoi en est-il ainsi ? C’est que la succion des mamelons provoque une sécrétion d’ocytocine, hormone de l’orgasme… et de l’éjection du lait chez la femme allaitant ! Alors, cela vaut vraiment la peine d’insister un peu !

L’intérieur des cuisses

Les femmes préfèrent les caresses centrifuges, c’est-à-dire celles qui partent de la périphérie pour arriver à la cible. Partir des cuisses pour arriver au sexe est une bonne trajectoire. Caresser, mordiller, lécher l’intérieur des cuisses pour aller vers la zone sexuelle fait monter progressivement l’excitation et la tension. C’est ce que savent les experts en préliminaires !

Le périnée

En arrière de la vulve, entre l’entrée du vagin et celle de l’anus, se trouve une zone de peau parfois oubliée par les caresses. Pourtant, elle aussi aime que l’on s’occupe d’elle, qu’on l’embrasse, la câline… Moins sensible que le clitoris bien sûr, la zone proche de l’anus peut se révéler extrêmement érogène chez certaines femmes.

Les zones de plaisir au masculin

Aller progressivement du moins sensible au plus sensible pour faire monter l’excitation au plus haut. C’est ce que vous pouvez faire en suivant ces conseils…

Les mamelons

Chez l’homme c’est une zone très érogène et très méconnue. Les mouvements les plus efficaces à faire avec la bouche, c’est la succion relativement forte tout en restant très douce ! Ce geste a même tendance à augmenter très nettement l’érection s’il dure suffisamment longtemps !

Les bourses

C’est la peau qui entoure les testicules. Elle est très différemment sensible selon les hommes. Certains adorent les caresses, la langue qui lèche, la bouche qui titille, et d’autres restent imperturbables, trouvant cette zone très peu sensible ! À vous de tester et de voir le résultat !

Le périnée

C’est la zone entre l’arrière du pénis et l’anus. Vous pouvez y sentir la tige dupénis qui, à cet endroit, est enfouie sous la peau. Embrasser, caresser avec la langue, voire mordiller, est en général très apprécié. Mais attention, n’hésitez pas à appuyer assez fortement pour que la tige souterraine du pénis bénéficie aussi de vos soins amoureux. Sinon, seule la surface de la peau sentira vos câlins !

Le pourtour de l’anus

Très réceptif aux caresses buccales, c’est souvent un endroit oublié. Pourquoi ? À cause naturellement de la fonction de l’anus qui sert à évacuer les déchets du corps. Certaines femmes n’aiment pas l’idée d’y promener leur bouche ou leur langue et certains hommes n’aiment pas les voir s’en approcher ! Pour l’apprécier, l’hygiène parfaite est indispensable : douche obligatoire juste avant le rapprochement sexuel. À cette condition, vous pouvez explorer…

Le gland

C’est l’endroit du corps masculin le plus riche en corpuscules de plaisir. Il est donc très sensible à toutes les attentions : celles des lèvres, de la langue, l’humidité de la salive, les dents (mais à peine, il est très fragile)… Et il aime tout ! Un endroit encore plus réceptif : sa couronne, là où il est relié à la tige du pénis.

Le frein

C’est LE point du gland du pénis le plus efficace pour donner du plaisir. Il est préférable de ne jamais commencer par cet endroit, hypersensible, mais d’y venir progressivement après avoir exploré d’autres zones avec votre bouche. Attention, la douceur maximale est requise. Un contact hyper doux lui suffit à éprouver d’immenses sensations !

La tige du pénis

Elle aime être embrassée, mais fermement, car elle n’est pas très sensible. Elle perçoit surtout les pressions un peu appuyées, surtout dans sa zone du dessous, là où elle est moins dure, même en érection. Quand la bouche mime un va-et-vient, elle aime être pressée plutôt fortement, contrairement au gland qui préfère la douceur !

Les gestes à pratiquer

Pour le sexe oral, on se sert de la bouche et du sexe. Oui, mais comment ? Que faire ? Quelques idées évidentes… et d’autres moins ! Au total, l’idéal est bien sûr de varier les plaisirs, de les mélanger les uns aux autres pour trouver vous-même, avec tous ces ingrédients, vos recettes de plaisir !

Lécher

La langue est à la fois habile, subtile, humide et douce. C’est l’organe idéal pour faire des caresses très érotiques. Car lécher, c’est à la fois caresser avec la langue et goûter l’autre, donc un plaisir partagé. Et la langue peut s’amuser à aller en rond, de haut en bas, à vibrer… et tout ce que son imagination vous dictera !

Sucer

Téter, aspirer, ce geste exerce une douce traction à l’endroit où vous opérez ! Au niveau des mamelons, c’est ce qu’il y a de plus excitant, mais c’est aussi à tester sur le gland, le clitoris, et même sur la tige du pénis, ou la vulve ; et tous les endroits où vous avez envie de pratiquer.

Souffler

Une caresse avec l’air que vous respirez. Cet air que vous soufflez est chaud, humide et peut donner une caresse extrêmement douce. Ce n’est pas aussi excitant qu’un contact plus direct, mais la légèreté peut aussi faire craquer !

Presser

Appuyer, cela peut se faire avec votre langue, avec vos lèvres et même vos dents. Appuyer en cadence, plusieurs fois de suite, ou exercer une pression prolongée ou vibrante, ou entrecoupée de succions ou de caresses plus légères… La pression est généralement érogène dans les zones sexuelles comme le clitoris ou le gland, puisque les capteurs de volupté y sont très sensibles.

Mordiller

Les dents sont capables du meilleur comme du pire. Faire jouir ou faire mal ! Alors explorez à deux, jusqu’où l’autre éprouve du plaisir et à partir de quelle force il commence à trouver vos attentions désagréables.

Mordiller

Utiliser les aliments

Le glaçon dans la bouche pour un frisson, le chewing-gum à la menthe, et pourquoi pas le gramme de harissa, on a tous eu envie d’essayer ! Et il y a les conquis qui adoptent ces jeux, et des déçus qui ne recommencent jamais ! Alors, à vous de voir !

Les gestes à éviter

L’imagination n’a pas de limites, c’est vrai. Mais quand on veut garder une complicité emplie de plaisir, il y a des façons de procéder qui peuvent se révéler négatives pour un couple. Alors, autant en avoir conscience.

La prise de tête

Lors d’une fellation, certains hommes mettent leur partenaire à genoux devant eux et lui tiennent la tête pour lui imposer un rythme. C’est souvent extrêmement désagréable pour la femme qui a le sentiment d’être une prestataire de service humiliée et non une amante qui câline son amoureux ! N’hésitez pas à protester si cela vous est désagréable !

L’éjaculation faciale ou buccale

Elle n’est pas interdite, évidemment, mais doit être pratiquée seulement s’il existe une envie partagée et un vrai consentement. Cela peut être très excitant… ou carrément écoeurant selon les personnes en cause ! D’où l’importance d’en parler avant !

Les morsures

Mordiller est souvent érotique quand c’est fait avec douceur, parfois même avec fermeté. Mais attention aux endroits sensibles. Le gland, la tige du pénis, les testicules peuvent être hypersensibles ! De même le clitoris ! Alors pensez à demander à votre partenaire si ce que vous lui faites est agréable et si vous pouvez faire plus fort ou non !

L’imitation des pornos

Quand la pornographie devient une référence, on peut passer à côté des vrais plaisirs. Car l’essentiel dans la sexualité n’est pas d’expérimenter le plus de choses imaginables, mais de partager un moment qui vous rapproche de l’autre. Imiter systématiquement des attitudes de soumission ou de brutalité peut agacer, bloquer et empêcher l’amour de se développer ou entraîner une escalade… En revanche, jouer à un peu de soumission ou de fausse brutalité n’est pas non plus interdit, heureusement pour ceux que cela amuse !

Le chantage

Si tu ne me fais pas ceci ou cela… je me vengerai. Obliger quelqu’un à pratiquer ou à recevoir un acte qui lui déplaît, ce n’est pas de l’amour. C’est l’humilier, le traiter comme un objet. La caractéristique de l’amour, c’est qu’il accepte toujours la liberté de l’autre. Et quand on se sent libre, on a tendance à se libérer de plus en plus sexuellement !

La protection contre les ist

Le plaisir partager, c’est un grand bonheur quand on est en confiance totale. Mais si l’on a peur, si la confiance est absente, le plaisir peut se transformer en angoisse. Alors, pour éviter cela quelques précautions évidentes ou pas !

L’idéal est, avant toute relation sexuelle, de faire un test de dépistage du sida. (adresse des centres de dépistage anonymes et gratuits à sida info service au 0 800 840 800) S’il est négatif, le risque d’IST existe, car il y a d’autres maladies que le sida, mais elles sont moins graves. Et en cas de crise d’herpès buccal ou génital, éviter toute pratique sexuelle car c’est à ce moment que le virus est le plus contagieux.

Share Button

Qu'en pensez vous?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à la question * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top 10 des endroits où faire l’amour au bureau, ou « much zob in job »

Pseudo « libertins » à éviter!